CUBA

Pas mal de voyageurs que nous avions croisés et avec qui nous avions parlé de Cuba nous aveient confié que la plus grande île des Caraïbes leur avait laissé une impression "bizarre". Et il nous faut bien vous avouer que nous ne pouvons que confirmer leur opinion. Nous avons vu à Cuba des endroits et des trucs merveilleux, nous avons aussi constaté que pas mal de trucs étaient gachées par un sytème par certains côtés hallucinant.
Le plus simple est de tout raconter chronologiquement.
Nous sommes arrivés à La Havane, dont l'aéroport ressemble à n'importe quel autre aéroport international. Pour nous tout s'est bien passé et nous n'avons pas eu à attendre le moins du monde pour obtenir notre tampon sur nos visas et passeports, mais nous avons eu plus tard des récits de Québécois qui avaient bloqué plus de 4 heures, dont 2 bonnes d'interrogatoire sur leurs motivations pour entreprendre un voyage à Cuba et d'autres d'Anglais qui s'étaient fait coller de force dans un hôtel à 60 dollars car ils n'avaient pas réservé de chambre pour leurs 2 premières nuits (ce que nous n'avions pas fait non plus).
Arrivé dans le centre de la Havane, nous avons du nous répartir en 3 endroits car les hôtes qui ouvrent leur maison aux touristes (un des seuls moyens pour eux de faire rentrer des dollars dans leur foyer et d'améliorer un peu leur salair mensuel de 15 dollars en moyenne) n'ont pas le droit d'accueillir plus de 2 personnes à la fois, même s'ils disposent de 10 places...
La vieille ville de La Havane est magnifique, le quartier historique offre des promenades extraordinaires dans des ruelles coloniales pleine de couleurs et de musique dans lesquelles c'est un enchantement de déambuler, de s'arrêter pour une partie de dominos ou un mojito. Le seul truc qui peut être usant à la longue est que l'on est sans celle sollicité par des vendeurs de cigares clandestins (le plus souvent faux, parfois excellents, mais il est dur de voir la différence pour les non experts), des mendiants, des maqueraux, des taxis, des guides touristiques, des escrocs...bref par une population qui manque d'argent à tel point qu'elle semble souvent ne penser qu'à cela.
Nous avons ensuite découvert la campagne cubaine, dans le paisible village de Vinales, au coeur des plantations de tabac et des collines. Le coin est vraiment tranquille mais il a été un très bon point de départ pour Maria la Gorda, une plage supérbe qui s'avère être un exceptionnel spot de plongée et pour une belle ballade à scooter à travers des petits villages, la rase campagne et les pancartes remémorant la glorieuse révolution de 59, le "Che" (LA véritable idole cubaine, on le voit absolument partout), ou promettant un monde meilleur grâce au socialisme. La population de ces villages étaient particulièrement accueillante et peu intéressée par les dollars des touristes (ce qui est notable et appréciable), c 'est là que nous avons eu les échanges les us riches avec les locaux. Albéric et Yann étaient particulièrement chanceux puisqu'ils logeaient dans une famille adorable (nous étions évidemment dispersés, à cause de la même loi) qui leur offrait des mojitos à volonté et n'hésitait pas à leur servir clandestinement de la langouste à un prix dérisoire, alors que la cuisinière risquait pour un tel outrage 1000 dollars d'amende et 10 ans de prison (la viande de boeuf, la langouste et le poisson ne peuvent pas être servis dans les casas particulares car elles risqueraient, le cas échéant, de concurrencer les restaurants touristiques)!
Trinidad, ensuite, est une ville que nous avons unanimement appréciée. Les rues, remplies de vieilles bâtisses coloniales, sont superbes, il y a vraiment de la musique partout, on y a rencontré des tas de gens de tous les pays extras, et on a eu la chance d'y passer pendant les 3 jours du carnaval annuel, qui constituent pour les gens de là-bas une des rares occasions de se rassembler et de s'amuser.
Nous avons enfin vu Varadero, qui est la vitrine touristique du pays et qui rassemble une concentration énorme d'hôtels et de vacanciers (cubains et étrangers). La plage de 21 kilomètres est certes très belle, l'eau claire et idéalement tiède mais là encore on sent bien que tous les gens vivent dans la peur d'être pris par la police pour louer des chambres clandestinement (ici normalement on ne peut pas dormir chez l'habitant, qui risqueraient encore et toujours de concurrencer les hôtels), de proposer des srvices de taxis illégaux, des cigares de contrebandes....
Ainsi la synthèse est mitigée. Nous avons vu un pays superbe, visités des coins extraordinaires, rencontrés des gens adorables.... Mais nous avons aussi vu un sytème qui pourrit la vie des gens, voire parfois les gens eux-mêmes, qui conduit sa population à vivre dans la pauvreté et la peur, à s'organiser pour trouver des dollars par tous les moyens...
Nous repassons par La Havane, le temps de se reballader dans ses rues si belles et agréables, d'aller voir le musée de la révolution et de faire le plein de cigares et de rhum (les deux produits quxquels on n'échappe pas, ce qui est un vrai plaisir d'ailleurs), puis nous passon par les Etats Unis avant de revenir trinquer aux retrouvailles au pays.
C'est maintenant plus si loin, là aussi, ça fera plaisir et bizarre à la fois.


Albéric, Cédric, Greg, Léon et Yann